Interview d’expert : Valérie PERIER, galéniste

Interview d’expert : Valérie PERIER, galéniste

Au mois de juin je suis allée, avec l’équipe des consultantes du blog d’Avène, rencontrer certains experts de la marque dans les environs de Toulouse. J’ai eu beaucoup de plaisir à interviewer Valérie PERIER sur l’élaboration des produits solaires, c’était passionnant et en plus elle est hyper dynamique et chaleureuse !

Valerie Perier, galéniste

La galénique est la texture d’un produit, l’aspect final sous lequel ils se présente. Elle est très importante car non seulement elle apporte ou non du plaisir à l’utilisateur, mais elle permet aussi d’optimiser les principes actifs si elle est bien maîtrisée.

Bonjour Valérie, quels sont votre formation et votre parcours ?

Je suis Docteur en chimie, spécialisée en cosmétique. Je dirige le laboratoire de recherche galénique pour les produits de soins du visage et les produits photoprotecteurs, et je travaille pour les laboratoires Pierre Fabre depuis 11 ans.

D’où vient ce fameux « toucher sec » et comment avez-vous réussi à le produire ?

Cette texture a été créée à la demande du Brésil, sous le nom de toque seco. Il y fait très humide, le soleil est très fort et les gens passent beaucoup de temps dehors. Ils remettent de la crème solaire toute la journée ; ils souhaitaient un rendu agréable, ni gras ni collant, et qui ne mette pas en jeu la sécurité des filtres.

On a très vite vu que c’était très intéressant aussi pour le marché européen : le consommateur n’est souvent pas satisfait par la galénique des solaires, ce qui ne l’encourage pas à utiliser les quantités recommandées pour la santé de la peau.

Pour avoir un bon solaire, agréable à utiliser ET satisfaisant d’un point de vue dermato, il faut allier la très bonne qualité des filtres et une galénique agréable.

Pour faire le « toucher sec » on est parti du cœur de la formule : les filtres solaires, la phase grasse (les émollients) nécessaire à leur solubilité et dispersion dans le produit, et les agents de texture. Le secret est ici d’utiliser des émollients qui vont « accompagner » le côté collant inévitable des filtres (ceux-ci doivent en effet rester en surface de la peau pour une excellente efficacité)  au départ de la formulation, jusqu’à le faire tourner en toucher satiné. Les agents de texture (les poudres) que l’on ajoute à la fin aident aussi à obtenir ce rendu si particulier.

On parle beaucoup de la photostabilité, elle semble aussi importante que la qualité des filtres ?

C’est la capacité des filtres solaires à rester stables aussi longtemps que possible. Le rôle d’un filtre chimique est d’absorber les UV du soleil et de les transformer en énergie. Les filtres, s’ils ne sont pas choisis correctement, peuvent dès le départ d’une exposition solaire se dégrader. On dit alors, qu’ils ne sont pas photostables.

Si les filtres sont de bonne qualité, ils seront photostables. Ca n’empêche pas de réappliquer son écran solaire très régulièrement, (si on est en plein soleil, il ne faut pas attendre deux heures pour réappliquer son produit, d’autant qu’on oublie toujours des zones, qu’on transpire, qu’on se frotte à la serviette et au sable).

Chez Pierre Fabre l’éthique concernant la qualité et la stabilité des filtres solaires est extrêmement forte (encore plus forte que celle exigée par la réglementation européenne), car il s’agit ici de la santé avant la beauté.

La photostabilité des solaires Avène est proche de 100%, c’est la plus élevée du marché européen.

Qu’en est-il des solaires pour enfants ? Peut-on parler de solaires pour bébés ? Quelle est la différence dans leur formulation ?

La réglementation ne prévoit pas de produits solaires pour les bébés, seulement pour les enfants de plus de 3 ans. Avant l’âge de 3 ans, un petit ne DOIT PAS être exposé au soleil. Si on n’a pas le choix et que l’on expose un bébé lors d’une promenade on peut utiliser un solaire pour enfants sur les zones exposées (mains, visages) aux UV. Mais, avant tout, il faut bien penser à protéger son bébé. Des lunettes, un chapeau, des vêtements et toujours à l’ombre !

Ceux-ci intègrent la même photoprotection que les solaires pour adultes ; mais ils ne contiennent pas de parfum, et la phase grasse est plus importante pour que le produit soit plus nourrissant, plus protecteur, et adhère mieux à la peau (on le sent bien si on touche les produits enfants). Pour les peaux les plus fragiles telles que les peaux intolérantes, on optera pour des écrans minéraux.

Question subsidiaire : peut-on n’appliquer un écran solaire qu’une seule fois dans la journée ?

NON, sauf si on s’expose très peu aux UV et que l’on utilise une crème de jour avec un indice de protection dès le matin ! Comme on l’a vu précédemment, les solaires s’éliminent par la transpiration, les frottements sur la serviette et le sable et de plus, très souvent, on n’oublie des zones lors de l’application. Donc un écran posé le matin ne sera efficace au long de la journée qu’à condition de ne passer que rapidement au soleil, et très occasionnellement.

Merci beaucoup Valérie, c’était aussi passionnant qu’agréable, j’aurais pu rester des heures et vous poser encore mille questions !

Et oui, c’est à cette occasion qu’on a formulé la fameuse Emulsion toucher sec 50+, dont je vous ai pas mal parlé sur mon blog (ne vous inquiétez pas, l’équipe de Valérie avait déjà dosé et préparé les ingrédients, on a juste mélangé et mis en tubes ;-)

Valérie Perier, galéniste

mon blog de filleRead all author posts

Hélène a commencé mon blog de fille pour s’amuser et sa passion pour la beauté est vite devenue son métier. Dans ses billets pleins d’humour et ses vidéos, elle donne son opinion sur les nombreux produits de beauté et de maquillage qu’elle essaye.

Trere are 1 comment on this post

  1. Odrex 23 septembre 2014, 21 h 21 min

    Merci Hélène pour cet article très intéressant !!! J’adore comprendre tout ces points technique et pas juste acheter des déclinaisons de produits sans vraiment voir la différence !

Laisser un commentaire pour ce billet Les champs requis sont marqués d'une *